Polaroid® Passion - Le site des passionnés de Polaroid® Achetez tous les films pour vos appareils Polaroid® sur Impossible
- Menu

Gabrielle d'Estrées et une de ses sœurs

Galeries des membres Galeries des membres
Galeries des membres Les derniers Polaroid®
Les Polaroid® les plus vus Les Polaroid® les plus vus
Le DicoroïdGaleries des membres Le Dicoroïd
Les derniers commentaires Les derniers commentaires
Les coups de cœur du jour Les coups de cœur du jour
Le Best of Polaroid® Passion Le Best of Polaroid® Passion

axakadam


axakadam
Langue : fr
Voir ses Polaroid®
Voir ses photos favorites
Voir son Profil

- Le Dicoroïd de axakadam

Timidité retardée
Mal
Eros
Naturel
Abstrait
Nature morte
Corps
Nue
D'agata
Noblesse
Nue assise et calme
Regard
Très joli
Mère
Javel
Rêverie
Ibidem
Humour
Solitude

Gabrielle d'Estrées et une de ses sœurs

Commentaires
Axakadam - Mercredi 06 Décembre 2017 à 09h 06m 23s
Paix à son âme... c'était un très grand musicien. Il n'y en aura pas deux... J'ai d'ailleurs mis mes polaroids en berne.. je ne poste pas aujourd'hui.
Charles p. - Mercredi 06 Décembre 2017 à 08h 03m 31s
Ah que oui, Gabrielle...

https://www.youtube.com/watch?v=9p2i7P0fZVo
Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 23h 11m 53s
Merdouille! on si fé chopey ! Avec tout mes respects ! Uy Uy !
Sul tasto - Mardi 05 Décembre 2017 à 22h 42m 22s
Ciel, une contrafaçon !
De par la nature chinoise de mon épouse, je ne peux qu’adhérer !
Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 20h 56m 06s
Cher Monsieur Charles P. c'est tellement intéressant que ma loyauté aveugle ce transforme en ce moment en une clairvoyance par rapport à notre fragilité envers et à l'endroit des histoires racontées avec des yeux pleurant vert-rouge... Il reste que... d'après mes connaissances psycho-cliniques-obtenues sans concessions aucune, l'origine du mal à pousser les gens à ne pas dire la vérité (par opposition à mentir) - si je crois en votre version - ainsi réside dans vos goûtés d'antan. Mis à part le bruit du sac en papier qui aurait pu attirer l'attention des autres enfants venant des familles démunies, vous dites qu'il y avait là-dedans 2 pommes et une banane.... Pourquoi pas un kiwi et deux mangues ou des pastèques ? Était fusse-t-il une manière de vous apprendre que vous aviez des excroissances qui concordent point avec la forme d'une croissance infantile normale, ou est-ce ne fusse-ce une manière maladroite de dire que "on a attendu jusqu'à tes 5 ans une amélioration en termes de vertus sans succès reconnus par les services sociaux (français)... Cela m'inquiète profondément. Car, il y a un imbroglio. Mme Bluttarschel m'avait très bien précisé que vous aviez un "bouton" là où je m'entends sous la forme de bouton (épidermique). Alors si elle connaît là où il y avait un bouton, comment puissasse-t-elle avoir tort ou être tordue.. ?
Axakdoutadam
Charles p. - Mardi 05 Décembre 2017 à 19h 36m 22s
Cher Monsieur Axakadam, je suis désolé mais je me dois de revenir sur cette navrante histoire que vous avez cru bon de révéler aux millions de membres de la communauté PP. Vous avez préféré croire les affabulations de cette pauvre femme et pas votre grand frère, moi, qui vous a dépanné d'un pack de 669 alors que vous étiez interdit bancaire.
Premièrement, c'est vrai que j'ai bien connu Mme Marie-Roberte Bluttarschel.

Deuxièmement, elle n'a jamais été bibliothécaire.

Et secondement, ses parents n'ont jamais eu de ferme.

Mme Marie-Roberte Bluttarschel travaille bien dans une bibliothèque à l'hopital de Haguenau, dans l'unité psychiatrique du Dr Hirschenhirsch, spécialisée dans le traitements des grands délirants. Son histoire elle la raconte à tous les nouveaux malades arrivants et je vois que vous n'y avait pas échappé.
C'est là que dans les années 70 j'ai rencontré Mme Marie-Roberte Bluttarschel, mes parents m'y avaient fait interner car je n'arrêtais pas de répéter matin et soir "SQ10, SQ10, SQ10". Depuis ça va beaucoup mieux.
Mes parents qui m'aimaient beaucoup m'apportaient tous les jours pour mon gouter 2 pommes et une banane dans un sac en papier. Un jour Marie-Roberte me demanda ce qu'il y avait dans mon sac. Je sortis ma banane de son emballage et lui montrais. Elle qui était trop pauvre pour s'acheter des fruits et qui n'avait jamais vu de sa vie un tel objet, tomba à genoux devant ma banane en criant "Seigneur, Marie, Joseph que c'est beau!" Et nous partageâmes mon goûter. Cela dura un mois, mais très vite je compris qu'elle voulait autre chose, c'est à dire faire flamber ma banane. Je décidais alors de demander mon changement dans un autre service afin de ne plus avoir à partager mon goûter. Elle m'en voulu énormément et malgré les années passées sa rancune resta tenace.
Ses parents. Son père était marin-pêcheur sur un chalutier qui péchait le thon rouge entre Strasbourg et Belfort et qui se saoulait dans le port d'Amsterdam en pissant comme je pleure sur les femmes infidèles. Et sa mère partit, quand Marie-Roberte avait 8 ans, avec le lanceur de couteaux et de casse-noisettes du cirque Medrano. Cette pauvre enfant fut recueilli par l'assistance publique et placée dans le centre d'accueil de l'hopital Albert Schweitzer d'Haguenau.
Voila la vraie vérité sur cette désolante histoire de goûter contrarié.
Je ne vous en veux pas plus que cela, la preuve je viendrai lors de ma prochaine visite vous apporter un paquet de cigarettes et une bouteille de vodka comme la dernière fois. Avez-vous bien supporté votre dernière séance d'électrochocs?
Je vous embrasse bien fort, votre dévoué Charles p.




Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 17h 50m 03s
Merci beaucoup beaucoup Cher Philippe.. la renaissance c'est May.. mais pour les corrections de la prochaine fois, il faut bien me les signaler, car j'entends bien refaire ça...
Phgalano - Mardi 05 Décembre 2017 à 16h 36m 28s
Au contraire de Jean-Jacques, j'aime beaucoup les rideaux ; j'admire le travail !!!! Il y a quelques petites choses à corriger la prochaine fois, certainement, mais des bricoles. Parce que, à un tel niveau, c'est nous qui devenons exigeants pour toi ! :)
Ce que j'aime par-dessus tout dans ce remake, ce sont ces infimes détails qui "signent" ta version (ou vision) du tableau : en particulier, la position des mains.
PS : Ton modèle de gauche fait fabuleusement Renaissance !
Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 15h 25m 15s
@Gratitude Cher Esger.
@Cher Maître Jean Jacques : Mille mercis pour ces remarques ultra pertinentes... 1) Concernant les rideaux, ils existent dans le tableau original, mais faute d'avoir assez de tissus pour descendre les plis plus près des demoiselles on s'est contenté de ça, ce qui - c'est vrai - est une omission par découragement. 2) Oui, Chef, on n'a aperçu cet ombre qu'après les 10 minutes de développement de l'image dans le processeur. Hélas, on n'avait plus la possibilité de reprendre la scène, car May devait aller travailler. 3) ce problème je le voyais bien derrière le dépoli... Mais, Mara à l'arrière plan, avait tellement peu de place pour s'accroupir que je n'ai pas trouvé de solution rapide pour bien détacher son corps (May devant toujours aller travailler ;-). J'ai donc misé sur le flou d'arrière-plan, mais hélas... pas assez! Rien de tout ça n'était difficile à rectifier sous photoshop, mais je ne l'ai utilisé que pour redresser le cadrage... Fidélité l'oblige ;-)
Au printemps, je pourrais refaire la même scène en mieux certainement...
Esger - Mardi 05 Décembre 2017 à 15h 20m 21s
Majestueux !!
Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 15h 12m 17s
Merci beaucoup Cher Ithier...
@Cher Monsieur Charles P., quelle coïncidence ! Saviez-vous que je n'ignore pas totalement cette histoire qui cache bien d'autres malheurs. Vous ne saviez peut-être pas que je vais souvent à la bibliothèque pour étudier l'indice de compensation d'extension des soufflets en cuir et les courbes de réciprocité des films Kodacolor. Et devinez quoi ? La bibliothèque la plus garnie de notre région est celle de Haltpasportbittescheim, dont la conservatrice, Mme Marie-Roberte Bluttarschel, ne vous est sûrement pas inconnue. Un jour, alors qu'on parlait de l'effet conjugué de la prolifération des sangliers dans la zone et la baisse de vente de cochonnailles, le sujet est venu à la photographie et ensuite à vous... C'est là que j'ai vu deux yeux vert-rouge scintillant de souffrance. Ce que j'ai pu soustraire de ses souvenirs perturbés vous concernant dépeignaient l'horreur, bien qu'il vous appartenasse encore d'infirmer ou confirmer cette histoire macabre. Aux dires de Mme Bluttarschel, alors veuve et mère de la jeune Roberte-Marie, il y a vingt ans de cela, vous auriez été retrouvé perdu dans les buissons près le hameau Schisshüsspamsel, désorienté et affamé... on aurait découvert une dizaine de noix vidés dans vos poches... sans doute votre dernier repas, à l'issue d'une randonné avec le célèbre illdàpper Jean Jacques de Colmar, qui a mal tourné. Ils vous auraient hébergé chez eux, en bons chrétiens, dans leur fermette Sauistàll... Or, quelque heures après le souper et les souhaits de bonne nuit, Marie-Roberte aurait sauté de son lit solitaire entendant son pauvre père M. Robert-Marie hurler de douleur... Elle emmena le papa agonisant au dispensaire la plus proche. Des heures après, la sage-femme-vétérinaire-généraliste posa le diagnostic : orchi-épididymite aigue d'origine mécanique. La pauvre Mme Bluttarschel ne comprit rien. Elle cru bon de retourner au plus vite à la fermette.. Alors là, en s'approchant, elle vit le pire des cauchemars : Mlle Roberte-Marie, essayant de courir en criant, toute nue avec une queue de thon de 1 m attaché aux fesses avec du scotch chatterton.. Et, vous essayant de la rattraper "Julienne.. Julienne... reviens, mon amour !"... à l'époque l'histoire s'est arrêté là, Mme Bluttarschel ne pouvant continuer et laissant ainsi voilée la vérité de ce qu'il est advenu par la suite. Je ne sais comment le diable de Navarre a pu s'infiltrer dans votre âme, Cher Monsieur Charles P., mais je sais que vous avez utilisé le casse-noix pour éloigner ces pauvres et rester seul dans la fermette avec la fille... Mais je garderai votre secret, car je vous suis loyal, d'autant que les gendarmes n'ont jamais retrouvé la tête du thon litigieux... Et l'affaire, dite Sirène de Haltpasportbittescheim reste à ce jour non-résolue... Comme disait Mère Bonaparte ; "pourvu que ça dure"...
Votre fidèle serviteur-investigateur, Axakbadaboum
Jj_reypol - Mardi 05 Décembre 2017 à 13h 49m 37s
Oui, très bel hommage; mais puis-je émettre deux ou trois observations ? Elles sont personnelles et n'engagent que moi ;)

1) Les deux bouts de rideaux en-haut à gauche et à droite me gênent; je pense qu'il faudrait ne pas les voir, ou alors les
intégrer franchement dans l'image.

2) Le bout de rideau en haut à gauche semble projeter une ombre sur le modèle [mais comme on lui pince délicieusement
le téton, elle n'a pas remarqué ce détail (le photographe peut-être non plus!)]

3) la femme à l'arrière plan dont on aperçoit les jambes tient son bras gauche de façon à ce que celui-ci se confonde avec
le profil droit du personnage qui pince le sein de sa camarade (de jeu); c'est un peu dommage je trouve car l'ovale de son
visage est moins bien défini.

Mais félicitations aux modèles et à Seço pour ce beau travail; j'espère que tu me partdonnera ces quelques remarques qui
ne sont pas des critiques !
Ithier - Mardi 05 Décembre 2017 à 13h 21m 11s
Bel hommage! Bravo
Charles p. - Mardi 05 Décembre 2017 à 12h 38m 16s
Cher Monsieur Axadam, je suis encore une fois admiratif sur votre travail de recherche sur les polaroids historiques et disparus. Cette photo qui a été prise par Jean René de Ravaillac en 1609 avait été déclarée détruite par les plus grands historiens de l'Art.
Elle représente Gabrielle d'Estrée et sa sœur dans leur aquarium. Oui petit détail qui a de l'importance, ces deux femmes étaient de magnifiques sirènes dotées de belles nageoires caudales.
Julienne d'Estrée dont la sœur était la maîtresse d'Henri IV tomba follement amoureuse de Jean René après cette séance de photo.
Riton de Navarre qui était un adepte du triolisme et qui avait des vues sur Julienne, voulut écarter son rival d'une manière honteuse. Il acheta sur le boncoin un casse-noix et pendant que Jean René était dans l'aquarium avec sa bien-aimée, mit l'ustensile dans la poche du pantalon de Monsieur de Ravaillac.
La suite on la connaît. Jean René fut accusé par IV d'avoir voulu s'attaquer aux bijoux de famille du Roi. Pour ce crime de lése-majesté cet homme fut condamné à être supplicié en place publique.
Cette vengeance ne porta pas chance au roi qui se transperça le cœur le 31decembre 1610 en ouvrant une douzaine d'huîtres.
Quant à Julienne, inconsolable a jamais, elle finit sa vie au Marineland d'Antibes à faire tourner des ballons sur son nez.
Le casse-noix demeura la propriété de la famille du chambellan du roi, dont je suis un des descendants.
Monsieur Axakadam je vous félicite pour cette très belle acquisition photographique et vous remercie d'en faire profiter la communauté des polaridiens.
Demain je vous commenterai le polaroid de l'assassinat de Jules César par Brutus.

Votre dévoué Conservateur des conserves de sardines, Charles p.

P.s: Monsieur Axakadam j'ai répondu à votre contre-vérité sur les bananes françaises.


Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 11h 53m 24s
Chers Aus1one et Soundsoundso, c'est très gentil de votre part, merci..
Soundsoundso - Mardi 05 Décembre 2017 à 11h 13m 15s
au louvre! instantanément!
Aus1one - Mardi 05 Décembre 2017 à 10h 31m 23s
Je l'attendais. J'en pince pour celle-là.
Axakadam - Mardi 05 Décembre 2017 à 08h 44m 20s
Chers Amis, mille mercis pour vos bons mots du matin, lesquels vont directement chez ces Demoiselles qui on eu une patience inexplicable ;-)
Klaxamer - Mardi 05 Décembre 2017 à 08h 06m 28s
nickel
Jules biron - Mardi 05 Décembre 2017 à 07h 27m 04s
Tres beau, j’adore été série !
Soreal - Mardi 05 Décembre 2017 à 07h 10m 08s
ça y est, nous y sommes !
Consommable - Mardi 05 Décembre 2017 à 06h 10m 25s
Bon, là on sent que cela va affluer....
Suite des derniers Polaroid® Ajoutés
Suivant L'orée
Soreal
La mer, qu'on voit danser...
Polag

Infos sur ce Polaroid® de axakadam
Titre :
Gabrielle d'Estrées et une de ses sœurs
Type de film :
Impossible Color 8x10 Film
Appareil Photo :
Linhof Kardan Color 18x24
Vue :
830 fois
Date d'ajout :
05-12-2017
Mots clés :
tableau, hommage
© axakadam

Jeantoto - Soreal - esger - facono - Frenchcockpit - consommable - Anne T - klaxamer - emeth - Records - Lionel_d - Elizerman - xya - babas92 - invader - jj_reypol - charles p. - shadbel - Flob - GreGwada - soundsoundso - Waypi - phgalano - CCédric - capturedlivephoto - kavalkad - Aus1one - Grizzly_Man - DocteurQui - Sul tasto - Jules Biron - jouxy - peter_g - ithier 
34 Polaroiders aiment cette photo !

« Le site Internet www.polaroid-passion.com est un site Internet indépendant de la marque Polaroid®, sans vocation commerciale, qui a pour seul objectif de regrouper les passionnés des appareils et des produits de la marque Polaroid®. Polaroid® est une marque enregistrée de la société PLR IP HOLDINGS LLC POLAROID AKA: http://www.polaroid.com »